Jay-Z – Nouveaux albums, nouvelles règles

Le rappeur milliardaire n’est plus a présenté quand on parle de qualité et ventes d’albums. Après son passage à la tête de Def Jam, toutes les sorties devenaient des évènements, non seulement marketing, mais aussi en terme de business avec des axes politiques pour garantir un succès. Revoyant les stratégies gagnantes qui ont accompagnés ses dernières sorties.

1.Cas American Gangster VS Itunes (2007)

Pour son 10ème album American Gangster Jay-Z a décidé de ne pas autoriser sa vente sur iTunes car le service ne permettait la vente en bundle (achat obligatoire du projet en entier). Selon Jay, l’artiste devrait choisir comment son travail va être vendu et dans le cas d’un soundtrack il devrait être acheté et écouté dans son ensemble:”Comme les films ne sont pas vendus scène par scène, l’album ne sera pas vendu piste par piste !».
Depuis ses débuts en 2003, iTunes permet aux utilisateurs de télécharger des pistes individuelles d’albums à 0,99$, leur permettant d’acheter uniquement les chansons de leur choix plutôt qu’un album complet. Bien que l’album soit toujours répertorié sur iTunes, les clients recevront un message d’erreur s’ils tentent de l’acheter un album hors bundle. American Gangster sera disponible en téléchargement digital dans son intégralité sur les sites rocafella.com, amazon.com et rhapsody.com.
Cette situation ne l’a pas empêché d’entrer #1 au top albums avec 425,861 ventes égalant le record d’Elvis Presley qui avait placé 10 albums en tête des charts américains dès la première semaine.

2.Cas Magna Carta x Samsung VS Billboard (2013)

Jay-Z marque son retour avec un nouvel album qui sera vendu à 1 million d’exemplaires pour 5 $ à Samsung, qui le proposera via une application gratuite à ses clients avant la sortie commerciale.
En juin 2013, le directeur éditorial de Billboard Bill Werde annonce que le million d’albums acheté par Samsung ne sera pas comptabilisé dans les ventes globales donc non reflété dans les charts. À la suite de la sortie de l’album, la RIAA (organisme qui régie les certifications) sous l’influence de l’opération #newrules de Jay, a décidé de changer sa politique de certification d’albums. En effet, jusqu’ici il fallait attendre 30 jours pour que les ventes d’un album reportés soit éligibles et puisse donc avoir une certification. Les albums téléchargés peuvent aujourd’hui être instantanément certifiés sans ce délai de carence . 
Ce coup “politique” permet à Magna Carta… Holy Grail d’être certifié disque de platine avant sa sortie. Sans comptabiliser les ventes de Samsung, l’album débarque tout de même en tête des ventes aux États-Unis avec 528 000 exemplaires écoulés. Avec cet album, Jay-Z décroche son 13e « numéro 1 » aux États-Unis, rentrant dans l’histoire avec le record du nombre d’albums numéro 1 pour un artiste solo.

3.Cas 4:44 x Tidal et Sprint (2017)

Jay-Z a signé un accord pour vendre 33% de son service de streaming Tidal à l’opérateur téléphonique Sprint pour 200 millions de dollars, portant la valorisation de la société à 600 millions de dollars. Cet accord inclurait la publication des contenus exclusifs disponibles uniquement pour les clients acquis durant l’opération et une sélection et d’ancien clients éligible. Sprint dans la foulée avait acquis assez d’exemplaires d’albums et de comptes Tidal en amont pour assurer le disque de platine voulu par Hov.
Cependant, la mécanique était plus complexe : Sprint proposait à ses clients l’album en MP3 via un code, un site internet dédié et 6 mois gratuit chez Tidal pour écouter l’album qui y était exclusivité dans les premières heures. Par contre selon les règles de Billboard, les téléchargements pris en charge par Sprint ne seraient pas pris en compte dans la comptabilité d’albums du 4:44. Le zone grise est exploitée par le streaming, en effet le nombre de streams de l’album reportés par Tidal contribueraient à la comptabilisation en équivalents-ventes, permettant d’un manière technique à Jay-Z et Roc Nation d’assurer encore un disque de platine en moins d’une semaine et sans véritable single.

Marc Heaven

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *